Semaine prière JA : Le tueur de géant (Vendredi 2 mars)

0
167

Texte biblique : 1 Samuel 17.32-37

Notre message pour aujourd’hui parle de David « Le tueur de géant ». L’histoire de David et Goliath m’a toujours fasciné depuis mon enfance. C’était l’une de ces histoires que j’ai apprises à l’Ecole du Sabbat et qui m’a marqué. Cette histoire est très familière parmi les chrétiens. Nous la lisons, nous en parlons, et nous la chantons aussi. Vous vous souvenez de cette petite chanson : « David n’avait rien que sa fronde » ? Aujourd’hui nous allons voir les leçons que David nous enseigne pour surmonter de grandes choses dans nos vies et comment Dieu peut nous utiliser, en tant que jeunes, pour Lui. Nous sommes tous confrontés à toutes sortes de géants. Quels sont les géants auxquels vous faites face aujourd’hui ? Peut-être que c’est la maladie, la dépression, l’abus, la pornographie, le rejet, les relations brisées, les tentations, la peur, les échecs passés, la colère, le sexe ou le découragement. Votre géant ne sera pas Goliath, mais il existe des géants auxquels nous devons faire face chaque jour. Les problèmes et les préoccupations peuvent ressembler à des géants. Les problèmes de santé, les problèmes financiers et les problèmes conjugaux peuvent ressembler à des géants. Les problèmes d’emploi, les problèmes des enfants et les problèmes avec et dans le gouvernement peuvent tous ressembler à des géants. Ils sont appelés par différents noms : Visa, MasterCard, Hypothèque, etc., des noms comme le cancer, le vieillissement, la calvitie, la mort, la malhonnêteté, le pardon, le manque d’amour. A quel géant ou géants êtes-vous confrontés aujourd’hui ?

Entendez-vous vos géants crier dans votre esprit ? La même chose arriva aux enfants d’Israël, au peuple de Dieu et aux Philistins qui étaient leurs ennemis. Chaque matin pendant plus de 40 jours, Goliath a crié aux enfants d’Israël. Vous pouviez l’entendre crier : « Le Philistin s’arrêta ; et, s’adressant aux troupes d’Israël rangées en bataille, il leur cria : Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en bataille ? Ne suis-je pas le Philistin, et n’êtes-vous pas des esclaves de Saül ? Choisissez un homme qui descende contre moi ! S’il peut me battre et qu’il me tue, nous vous serons assujettis ; mais si je l’emporte sur lui et que je le tue, vous nous serez assujettis et vous nous servirez. Le Philistin dit encore : Je jette en ce jour un défi à l’armée d’Israël ! Donnez-moi un homme, et nous nous battrons ensemble » (1 Samuel 17.8-10, version Louis Segond).

Les enfants d’Israël étaient vraiment effrayés par la voix de Goliath. Goliath était un immense géant d’environ trois mètres de haut. Il portait un casque d’airain et était armé d’une cotte de mailles pesant au moins quarante kilos. La tête de sa lance était en fer et pesait au moins cinq kilos. Il avait un porteur de bouclier marchant à ses côtés. Cet énorme géant était bien protégé et apparemment, Israël n’avait pas d’homme prêt à le combattre. Rien que le regard de cet homme paralysait les enfants d’Israël. Goliath le savait et cela le rendit plus audacieux pour défier les enfants d’Israël. Ce jour-là, Goliath – le géant – s’avança quand il vit le petit David qui se tenait devant lui. Il lança son défi habituel, et David l’entendit. Quand les Israélites virent l’homme, tous s’enfuirent. Quand la vie semble sans espoir, quand on ne voit aucune issue, Dieu est capable de se frayer un chemin de nulle part. Pendant quarante jours, Goliath a réclamé un adversaire. Pendant quarante jours, il a raillé le peuple de Dieu. Le peuple de Dieu avait peur. Puis une chose improbable s’est produite : un garçon appelé David est apparu. David n’était pas un soldat, c’était un simple garçon. Il n’avait pas de casque, il n’avait pas de lance, il n’était qu’un garçon, mais ce garçon n’avait pas peur de se battre.

« Quand le Philistin regarda et vit David, il le méprisa, car il n’était qu’un jeune et bel homme. Et le Philistin dit à David : Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons ? Et le Philistin maudit David par ses dieux. Le Philistin dit à David : « Viens à moi, et je donnerai ta chair aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs. » Alors David dit au Philistin : « Tu viens à moi avec l’épée, avec une lance et avec un javelot, mais je viens à toi au nom de l’Éternel des armées, le Dieu des armées d’Israël, que tu as insulté » (1 Sam 17.42-45). David a fait ce qu’il était censé faire. L’armée n’a pas fait ce qu’elle était censée faire.

Ma première pensée est la suivante : N’ayez pas peur. David vint vers le roi et lui dit au verset 32 de notre texte : « David dit à Saül: Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui. » Il dit au roi Saül de ne s’inquiéter de rien : Je prendrai soin de ce Philistin. Quand nous sommes confrontés à nos géants, vous et moi voulons entendre de bonnes nouvelles. Saül entendait de bonnes nouvelles, les gens avaient peur, mais il semble que la bonne nouvelle venait de la mauvaise source ; cela venait d’un garçon qui n’est pas entraîné à la guerre. David était sur le point de faire quelque chose d’extraordinaire, mais au verset 28, son frère aîné essaya de l’arrêter.

Les grands leaders voient les choses différemment.

Quand vous êtes sur le point de faire quelque chose pour le Seigneur, quelque chose qui peut sembler impossible à l’homme, ne laissez personne vous arrêter. En tant que jeunes, ne permettez à personne de vous empêcher de faire la chose qui convient. Dans la vie où vous faites face à vos géants, certaines personnes, même les membres de votre propre famille, se moqueront de vous, mais ne les laissez pas vous arrêter. Ils parleront de vous, mais ne les laissez pas vous arrêter. Cela peut arriver dans votre propre famille, au travail ou dans votre propre Eglise. A diverses occasions, vous serez abandonné par des gens que vous connaissez bien. David se battait contre son propre frère aîné qui le surveillait. David aurait pu penser : oui tu es mon grand frère, mais il y a un géant à affronter. Il aurait pu penser qu’il y a une bataille à gagner, et il ne laisserait rien se mettre en travers. Quand le Seigneur est de votre côté, vous n’avez pas à avoir peur, et vous pourrez affronter et détruire le géant. Rappelez-vous qu’en tant que jeune chrétien, le Seigneur se battra toujours pour vous. Vous avez juste besoin de Lui permettre de se battre pour vous. Notez très attentivement : « Une des premières choses que nous devons faire si nous voulons tuer les géants dans notre vie est de surmonter le découragement. » Il y aura des gens proches de vous, des gens en qui vous avez confiance, qui essaieront de vous convaincre que vous ne pouvez pas prendre de risque. Voici un avertissement pour tout le monde, faites attention de qui vous recevez vos conseils. Il y a des gens qui vous diront que vous ne pouvez pas battre le système. Ils vous diront que le géant est trop grand et vous trop petit, mais je suis tellement heureux qu’avec Dieu tout est possible. Dieu peut prendre ces choses impossibles et les rendre possibles. Les gens vous ont peut-être dit, et peut-être vous disent encore que vous n’arriverez à rien, mais je peux entendre Paul dire dans Philippiens 4 verset 13 : « Je peux tout faire par Celui qui me fortifie ». Alors ne soyez pas découragés.

Etre trop jeune est souvent un argument suffisant pour ne pas permettre aux jeunes de faire beaucoup de choses. On ne devrait pas s’attendre à ce qu’ils s’acquittent des tâches des adultes alors qu’ils sont si immatures et inexpérimentés. Il est injuste envers eux et envers les autres de devoir dépendre de leur rendement. Mais David était-il sans préparation pour cette rencontre ? Notre capacité à affronter les ennemis de la vie dépend de notre préparation. Les batailles sont perdues ou gagnées dans la phase de préparation. David avait développé un caractère bien trempé avant de faire face aux géants. Ellen G. White commentant la préparation de David dit : « Son expérience dans ces domaines a éprouvé le cœur de David et a développé en lui le courage, la force et la foi. » (Patriarches et prophètes, page 628). Avec le contrôle de l’esprit et du tempérament, la confiance en soi et le courage, et la foi en Dieu qui sous-tend tout cela, aucun « Goliath » ne nous fera paniquer et devenir peureux, confus et découragés, comme la plupart des Israélites quand ils furent confrontés à ce qu’ils pensaient être un mur impénétrable (le géant). Au contraire, nous serons comme David.

Même quand nous avons ce qui peut sembler être des armes inadéquates et sans armure de construction humaine, nous serons capables de combattre nos géants et de les tuer. E. G. White nous rappelle : « Avant même d’être appelé à la cour de Saül, David s’était distingué par des actes de bravoure. L’officier qui l’a amené a dit de lui c’est « un vaillant homme puissant, et un homme de guerre, et prudent dans les affaires », et il a dit : « Le Seigneur est avec lui » (Patriarches et prophètes, page 628). Elle ajoute : « David était sensible à l’influence du Saint-Esprit, et le Seigneur dans Sa providence l’a formé à Son service, le préparant à accomplir Son dessein. Christ était le maître bâtisseur de son caractère. « (Manuscript 163, 1902). Dieu a choisi et préparé David pour Son travail.

La critique fait mal quand elle vient de quelqu’un au-dessus de nous, dans ce cas d’Eliab sur David. La critique fait mal quand elle remet en question nos motivations. La critique fait mal quand elle est continuelle. La critique fait mal quand elle vient de gens que nous connaissons depuis longtemps. Vous entendrez des critiques indiquant vos échecs. « Vous n’êtes qu’un jeune, vous venez à moi avec des bâtons, je vous donnerai en pâture aux oiseaux et aux bêtes ».

Jeunes gens, apprenez une leçon de David. Il y a des gens qui sont accablés lorsqu’ils sont confrontés à des géants. Accablés par les géants qui ont une réputation. Accablés quand ils se présentent continuellement. Accablés quand ceux qui sont de notre côté ont peur. Accablés, et ne traitant jamais avec le géant. David n’était pas accablé, il avait une passion pour que Dieu soit honoré. David était fort en colère contre la façon dont Dieu était déshonoré. Ellen G. White dit : « David fut remué jusqu’au fond de l’âme par le désir de venger l’honneur du Dieu vivant et le prestige de son peuple » (Patriarches et prophètes, page 629). Il avait confiance en Dieu. Il ne pouvait pas laisser Goliath le géant déshonorer Dieu !

David n’a pas cherché à être comme Saul. En d’autres termes, les tueurs de géants n’essaient pas d’être quelque chose ou quelqu’un qu’ils ne sont pas (1 Samuel 17.38-40). Pendant une crise, les gens vont essayer de vous faire agir et penser comme eux. Rappelez-vous, une armure pesante vous alourdira. Vous ne serez jamais capable de vaincre les géants de votre vie avec des armes charnelles. En tant que jeunes, Dieu attend seulement de nous que nous ayons confiance en Lui et que nous utilisions ce qu’Il nous a donné pour vaincre nos géants.

Et si vous aviez écouté les choses négatives que les gens disaient ? Et si vous aviez cru ces remarques décourageantes qui ont été faites, où seriez-vous aujourd’hui ?

Alors, David écouta le roi Saül, et je crois que David aurait pu dire : « O roi, vis éternellement, il y a quelque chose que je dois te dire. » Ainsi, aux versets 34 à 36 de notre texte, David a commencé à expliquer à Saül ce qui lui était arrivé. (Lisez les versets 34 à 36 et expliquez.)

Roi Saül, j’ai tué un lion et un ours, et je suis maintenant prêt à faire face à ce géant Goliath. Roi Saül, j’ai un témoignage de la façon dont Dieu m’a délivré du lion et de l’ours, et ce Dieu qui m’a délivré me délivrera maintenant de ce géant. Roi Saül, je ne suis pas découragé, ce géant a nargué le peuple de Dieu, ce géant a défié les armées du Dieu vivant, et il est maintenant temps de se battre. Il arrive un moment dans nos vies où nous devons faire face au géant et lui dire que cela suffit.

Il arrive un moment dans nos vies où nous devons défendre la vérité. Il arrive un moment dans nos vies où nous devons faire face à ce géant, et dire à ce géant qu’il est temps de se battre. Ce n’est plus le moment pour une parole infantile, il n’est plus temps de parler, il est temps de se battre – mais seulement selon les termes du Seigneur et pour Son honneur, pas le nôtre.

Le cœur de David n’était pas du tout intimidé, car il savait en qui il mettait sa confiance. « Tu viens à moi, dit-il, avec une épée, une lance et un bouclier, mais je viens à toi au nom de l’Éternel des armées, le Dieu des armées d’Israël, que tu as insulté. Aujourd’hui, le Seigneur te livrera entre mes mains, afin que toute la terre sache qu’il y a un Dieu en Israël, et toute cette assemblée saura que le Seigneur ne sauve pas avec l’épée et la lance, car la bataille est celle du Seigneur, et Il vous livrera entre nos mains » (The Signs of the Times, 1886. 9. Titre de l’article : Le péché de la présomption).

Jeunes gens, ne nous décourageons pas, mais faisons face au géant et tuons-le. Jeunes gens de Dieu, il peut y en avoir qui échouent, mais faisons face au géant et tuons-le. Jeunes gens, il y en a peut-être qui abandonnent, mais faisons face au géant.

Ce n’est pas la fin, il y a quelque chose de plus. Jeunes gens, n’ayez pas peur, ne vous découragez pas, et la victoire finale est à vous. Après que Saül ait écouté David raconter son histoire de comment il a tué le lion et l’ours, après avoir écouté les soins protecteurs de David donnés par Dieu, Saül fut convaincu de ce que Dieu ferait. Ainsi, dans la dernière partie du verset 37, Saül dit à David : « Va, et que le Seigneur soit avec toi».

Nous savons tous comment l’histoire s’est terminée, nous savons ce qui est arrivé à Goliath, nous savons ce qui est arrivé au géant qui raillait le peuple de Dieu. Dans 1 Samuel 17 verset 49, nous lisons ces mots : « Il mit la main dans sa gibecière, y prit une pierre, et la lança avec sa fronde ; il frappa le Philistin au front, et la pierre s’enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre. »

Conclusion

Lire Romains 8.32

Quand Goliath railla, menaça, et amena la peur dans le peuple de Dieu, David n’a pas fui avec crainte et hésitation. Au lieu de cela, il courut dans la bataille. Il prit des mesures. En conclusion, quel géant ou géants affrontez-vous en ce moment ? Il est dit que « tous les géants que nous combattons sont conçus pour nous rapprocher de Dieu, nous ne pouvons pas entrer dans la bataille pour accumuler un nombre impressionnant de victoires ou aller jusqu’à penser que nous combattrons la bataille avec notre propre force. »

David connaissait la volonté de Dieu pour Israël parce que Moïse l’avait clairement énoncée : ils devaient posséder la terre de Canaan et leurs ennemis ne seraient pas capables de s’opposer à eux. Lire Lévitiques 26.7-8. Mais tout cela dépendait du fait qu’Israël observait les commandements de Dieu, y compris le sabbat, et vénérait Son sanctuaire (lire les versets 2-3). C’était la parole de Dieu, Sa promesse solennelle, Sa promesse qui ne peut pas échouer parce que Sa parole est vraie. Elle reste solide pour toujours et à jamais. « L’herbe se dessèche, la fleur s’estompe, mais la parole de notre Dieu subsistera pour toujours » (Esaïe 40.12). D’un autre côté, à celui qui ne veut pas obéir à Dieu et garder Ses commandements, Dieu dit : « Je mettrai ma face contre vous et vous serez vaincus par vos ennemis. Ceux qui te haïssent régneront sur toi, et tu fuiras, quand personne ne te poursuivra » (verset 17).

Aujourd’hui, Dieu appelle les jeunes à se tenir face aux géants de la vie. Il nous appelle à Lui être fidèles dans nos vies alors que nous luttons contre les tentations et les épreuves. David a dit que la bataille appartient au Seigneur. Pourquoi ? Parce que Dieu était défié. La volonté de Dieu avait été bloquée. Avez-vous donné vos batailles au Seigneur, ou combattez-vous encore vos géants tout seuls ?

Questions à débattre

  1. Pourquoi pensez-vous que les Israélites ont attendu 40 jours pour commencer la bataille ?
  2. La foi de David en Dieu l’a amené à regarder le géant d’un point de vue différent. A quel point votre vie sera- t-elle différente si vous vous arrêtez et vous recentrez sur les défis quotidiens ?
  3. Croyez-vous que Dieu combattra la bataille pour vous ? Vos batailles sont-elles Ses batailles ou Ses batailles sont-elles vos batailles ?
  4. David et Goliath avaient, tous deux, confiance. La différence était que la confiance de David était en Dieu. Comment pouvez-vous vous empêcher de devenir trop confiant dans votre propre capacité à faire avancer les choses ?
  5. Pourquoi pensez-vous que David avait besoin de cinq pierres, et non d’une seule ?

À propos de l’auteur :

Le pasteur Baraka Muganda a été Directeur des ministères de la Jeunesse pour l’Eglise adventiste de 1995 à 2010. Il continue à se passionner pour le travail de la jeunesse en tant que président adjoint pour ce ministère
à l’Université adventiste de Washington, à Takoma Park, dans le Maryland aux Etats-Unis. Vous pouvez vous adresser à lui par mail : bmuganda@wau.edu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here